Etincelles

Incrédules

b&t

Incrédules,
Nous contemplons le rond-point,
Bonhommet, Tilapin et moi,
Depuis la fenêtre d’angle de mon bureau...
Après des mois de grisaille, nous nous étions habitués à l’aspect tristounet du carrefour de nos deux belles avenues...

Malgré les fleurs nouvelles repiquées par les jardiniers de la Commune dans toutes les plates-bandes, malgré les feuillages rouges et verts des érables et le parfum des tilleuls, le rond-point était triste et les habitués du Club du Banc avaient déserté leur base de ralliement...
Plus de réunions matinales au soleil, plus de bavardages interminables, rien d’amusant, au contraire, un sombre drame polonais, à la fin du printemps, avec une malheureuse femme abandonnée s’écroulant sur le sol au pied du banc tandis que son amant s’enfuyait en voiture (vers l’est, probablement, vu l’immatriculation) emportant, criait-elle, toutes ses économies, le maudit ! (ou quelque chose d’approchant).

Sans verser dans le feuilleton télévisé ou la télé-réalité, je tente seulement de vous expliquer, chers Lecteurs, que, depuis la fin de l’hiver, quelque chose ne tournait pas rond au carrefour où j’habite (ce qui est un comble pour un rond-point, vous l’admettrez).

Mais que s’était-il donc passé ? Pourquoi cette tristesse ambiante ? C’est simple : les grands froids de janvier avaient causé de graves dommages à notre petit palmier, qui dégagé de son capuchon de protection, nous était apparu meurtri, avec un pourtour de palmes brunies et cassées, pointant dans toutes les directions... Quel handicap pour notre héros ! Comment soutenir sa réputation et régler la circulation du carrefour avec des palmes pendouillantes qui n’obéissent plus ?
Voilà pourquoi le rond-point était devenu triste et que je ne vous en avais plus parlé.

Quand tout à coup...
Un matin de ces derniers matins,
Au soleil, juste avant la canicule,
Que voyons-nous, incrédules ?
Notre petit palmier, coiffé à la punk, débarrassé de toutes ses branches fanées, agite joyeusement, au sommet de la tête, un bouquet de palmes en parfaite santé !
Et tout autour de lui, quel éclatement de couleurs !
Le parterre, à ses pieds, chatoie de mille bégonias dans un camaïeu de tons roses, ponctué de quelques grandes amaryllis…
Pour mieux apprécier le spectacle, sans doute, une chaise chemisée de vert fluo s’est assise, toute seule, au milieu de l’avenue, tandis que passe une voiture rouge vif, suivie d’un cycliste tout bleu et que trois perruches émeraude se poursuivent en criaillant...

Depuis ce matin en technicolor, le carrefour a repris vie, le Club du Banc se réunit du matin au soir et fait des émules auprès des bancs voisins, au grand contentement de Mesdames les Corneilles, qui vous saluent,
Bien gravement.

(Pour ne pas être en reste, une jolie bougainvillée a fleuri sur l’épaule de ma petite fille en terre cuite, sur le balcon. Je vous l’offre en prime.)

b&t


Renée Fuks, auteur-scénariste
Email: renee_fuks@skynet.be

 

Site Design: Tourneur Production